La Bête à Bon Dieu
Avant avant …
Un récit de création
lundi 21 juin 2010, par Richard Bennahmias

Ecrit et surtout raconté par l’abbé ivoirien Paul Kodjo il y a plus de trente ans, dans cet extraordinaire et succulent "français populaire" d’Afrique de l’Ouest, dont la syntaxe, après tout, est assez proche de celle de l’hébreu. Au dela de la syntaxe, c’est la connivence entre le conteur originel et Kodgo qui saute aux oreilles.
Accueil du site > Humeurs > Coups de coeur > Avant avant …

Avant avant, c’est lé Dié seul qué y en a. Lui seul, i posé longtemps, longtemps, longtemps ! Et pi, i pense son tête. I dit que i va fait lé nhomme. I lé fait tout lé quéqué chose qué nous son zié i lé voit. Mais pour fait tout lé quéqué chose, i n’a pas prend à rien. I lé prend son boucha parole seulément.

Lé Dié, i lé parlé comme ça : « Faut que clair y en a ! » Et pi, ouala clair ! I lé parlé encore comme ça : « Faut qué zarbes y en a ! » Et pi, ouala zarbes. « Faut qué, soleil, avec line, avec zétoiles leur y en a ! » Et pi, ouala leur ! « Faut qué poissons avec zoiseaux leur y en a ! » Et pi, ouala leur ! « Faut qué zanimaux qu’en sont la brousse, avec zanimaux qu’en sont villages leur y en a ! » Et pi, ouala leur ! Le Dié i lé prend cinq la journée pour fait tout lé quéqué chose. Quand i lé ouvré son deux zié pour voir tout lé quéqué chose qué i lé fait, ouala, leur tout ou sont zoli. Lé Dié i content. I bésoin qué i va repos.

Mais avant qué i va repos, i dit qué i va fait lé nhomme. Alors i lé prend in pé la terre. I lé débrouillé. I lé fait lé nhomme. I lé mettait di vent son narines. Ouala lé nhomme, i commencé spirer. Lé prémié nhomme qué lé Dié i lé fait, c’est garçon. On s’appelle lui Adam. I lé donné lui commandement pour tout lé quéqué chose. Lé Dié i ouvré son dé zié pour voit tout lé quéqué chose que i lé fait, ouala, leur tout on sont zoli trop jusqu’à… on dit pas.

Lé Dié i lé descend en haut, i démandé lé Adam : « Alors, tu content ? » Lé Adam i dit : « Ouéi, je content. Mais… je pas content bien bon ». Lé Dié i dit : « A condé qué ? » Lé Adam i dit : « A condé qué… je n’a pas lé femme. » Le Dié i dit : « Bien tendi ! » Alors, i lé monté en haut. I voyé dormiment lé Adam. Lé Adam i dormi, i dormi, i dormi. Lé Dié i descend en haut. I prend lé Adam son in l’os à côté son vendre. I fabriqué lé femme. On s’appelle lui Eve. Lé Adam i débout son dormiment, ouala lé femme ! I content bien bon ! Mais… tation !

Quand lé femme y en n’a pas, y en n’a pas palabre la terre. C’est lé femme qui va porter tout lé palabre.

Quand même, lé Adam i parlé lé Eve. I dit lui : « Femme, fait fait tation ! Nous moyen bouffé tout lé quéqué chose qu’on sont dans zardin son dédans. Mais zarbre qué y en a milieu, son frubit, nous moyen pas bouffé. Lé dié i lé défendi. Si nous bouffé, nous va mort ». Lé femme i dit : « Bien tendi ! » Mais lui, i posé pas tranquille. I proménade, i proménade. I rivé en bas zarbre-là. Au lié qué i va poser son deux zié par terre, i débout leur en haut.

Mais ouala, comme lé dié i lé fait lé nhomme, i di mal démon son cœur. Alors, i sanzé sarpent. I vient poser en haut zarbre-là. I démandé lé femme :

« A quoi nef ? » Lé femme i dit lui : « A rien nef »
Vous content ?
Ouéi, nous content.
Vous bouffé tout lé quéqué chose ?
Ouéi, nous bouffé tout lé quéqué chose. Mais zarbre-là, son frubit seulément, nous bouffé pas.
A condé qué ?
A condé qué… si nous bouffé, nous va mort ».

Lé sarpent i lé golé bien bon : « Oh ! oh ! oh ! véritément, lé dié i sont malin ! Si vous bouffé, vous mort pas, mais vous va connaît même chose lui ! A condé ça, i lé blague vous ! Mais si vous bouffé, vous mort pas ! »

Lé femme i dit qué i va bien voit lé frubit leur. Mais, mon vié, leur on son zoli trop ! I pensé son cœur comme ça : « Pététi leur moyen gagné goût même chose leur son zoli ». Alors, i prend in, i bouffé, immédjatément son dé zié i lé vi clair. I lé prend in frubit. I lé parti donné ça Adam son mari. Lé Adam i vé pas cepter pour bouffer le frubit-ça. I démandé son femme : « Quelle la chose tu me porté moi ? » Lé femme i dit : « C’est lé frubit-là ».
Je vais fait qu’est-ce qu’y a ?
Tu vas bouffer qué !
Namais la vie ! Lé dié i lé défendi nous qué faut pas nous bouffer, parcé qué, si nous bouffé, nous va mort ». Lé Eve, i lé parlé lé Adam qué si on bouffé, on mort pas. Lui, i lé déjà bouffé, mais est-ce qué i lé mort ? Et pi lé sarpent i lé spliqué lui l’affaire-là tout son au fond. C’est pas pour mort, mais c’est pour connaît manière même chose lé dié. Et pi… ça fait à rien, si lé Adam i bouffé pas, ça vé dit qué i n’a pas content lui, son femme.

Lé Adam aussi comme i n’a pas content palabre et pi i bésoin connaît tout les manières, i lé prend lé frubit-là, i lé bouffé lui. Immédjatément son dé zié i lé vie clair. Alors leur deux ont couri caher la brousse.

Ouala, lé dié i descend en haut. mais au lié qué i va descend à côté lé place qué leur y en a, assipré, i lé descend ici. I lé pélé Adam : « Adam ! Adam ! Adam ! » Adam i pond là-bas. I dit : « Kpin !… » Lé dié i dit :
Qu’est-ce que tu foutus làa-bas ?
Je caché.
A condé quoi tu caché ?
A condé qué, je n’a pas lé pagne.
Qui lé parlé toi qué tu n’as pas lé pagne ? Ça vé dit qué vous bouffé lé frubit que jé défendi vous ?
Ouéi, mais c’est lé femme qué tu m’as donné moi qui lé blagué lui.

Lé dié i lé faché bien bon. I lé djolé leur trois.

Et pi, i lé parlé les sarpent comme ça : « Bon, comme tu lé fait ça, ton l’affaire i lé gâtée au milieu zanimaux leur. Tu vas marcher ton vendre, tu vas bouffer lé la terre jusqu’à ton mort. Jamais ton zenfant avec femme son zenfants, leur on va d’accord ».

I lé dit lé femme : « tu vas neur eznfants. Mais tu vas fatiguer, oh la la ! avant que tu vas ne leur. Ton cœur i vas penser toujours ton mari. Et c’est lui qui va commander toi toujours ».

I lé dit lé garçon : « Bon, à condé lé femme, tu n’as pas tendi mon bouche parole. Lé la terre son affaire tout i lé gâté à contre toi. Tu vas travailler jusqu’à ton figure son de l’eau, après tu vas gagner ton bouffement.

Et pi… tu vas mort, parcé qué jé sorti toi dans lé poussière, et tu vas tourner dans lé poussière ». Lé dié i lé « fous-moi le camp » leur dans zardin-là.

A condé qoi nous tout nous fatigué et nous mort un, un-là, ouala son au fond !.