La Bête à Bon Dieu
Crise de l’autorité
De la toute puissance à la toute patience
mercredi 2 août 2006, par Richard Bennahmias

D’un récit de création à l’autre, d’un Testament à l’autre, du livre de la Genèse à l’Evangile de Jean, l’autorité divine échappe à l’illusion humaine de la toute-puissance
Accueil du site > Théologie > De la toute puissance à la toute patience
L’autorité est en crise, dit-on. Ce sentiment de crise se nourrit de la nostalgie d’un temps où il suffisait de parler pour être obéi.
Le premier récit de la Création nous offre à cet égard l’archétype fascinant de l’autorité incontestée : la divinité dit “Que cela soit !”, et cela est, et rien ne fait obstacle à la magie du Verbe. C’est à se demander de quels efforts la divinité se repose le septième jour.
À cette question, le prologue de l’Évangile de Jean répond par la passion du Christ. Les premiers versets semblent d’abord valider l’image idéale : “Au commencement était le Verbe… Tout fut par lui”. Mais très vite, le propos s’obscurcit. La lumière de la Parole brille dans les ténèbres, mais les ténèbres ne cessent de lui faire obstacle. Elle n’est ni reconnue, ni accueillie. Son autorité est radicalement contestée par ce monde même qui puise en elle sa lumière et reçoit d’elle la vie.
L’histoire de Jésus nous est présentée comme celle de l’incarnation humaine d’un drame cosmique : l’autorité du Verbe initiateur contestée à mort. La résurrection ouvre certes une issue à cette tragédie de la Parole humiliée. Mais c’en est fini de cette magie du Verbe que notre volonté d’être comme des dieux associait à la toute-puissance de la divinité.
Tout ce qui est ne tient debout qu’au prix d’un inconciliable conflit d’autorité et ne reçoit sa fécondité que d’une inépuisable patience. Pour mûrir au cœur de l’humain, la Parole consent à mourir dans l’épreuve de l’humiliation et de l’attente.
Pour être authentiquement initiatrices de chemins de vérité et de vie- ce en quoi réside leur autorité, nos paroles humaines sont invitées depuis lors à suivre la Parole sur cette voie de la toute patience.